Encore: (écrit pendant le dernier jour du CNC)

Encore un soir sans sommeil
Envahie par les idées noires
Qui, à chaque fois, me réveillent
Avec le sang glacé et le cafard

Perdue aux fins fonds de l’univers
Sans aucun port d’attache
Aveuglée par le noir de la lumière
Lorsque mon monde me lâche
Dans cette chute qui n’a pas de fin
Je retiens ma respiration, je m’étouffe
Personne pour me tendre la main
Ou pour donner un second souffle

Encore un soir sans sommeil
Envahie par les idées noires
Qui, à chaque fois, me réveillent
Avec le sang glacé et le cafard

J’ai peur de toucher le fond
Le pire c’est qu’il n’y en a pas
Dans ce vide géant
Sans cotés, ni haut, ni bas
J’ai perdu tous mes espoirs
Aspirés par les trous noirs
Dans cet infini silencieux
Alors je ferme les yeux

Encore un soir sans sommeil
Envahie par les idées noires
Qui, à chaque fois, me réveillent
Avec le sang glacé et le cafard

Je sens le temps instantané
Qui s’accélère, puis se fige
Sans jamais vouloir s’arrêter
Tourne la tête, donne le vertige
Mais là je ne sais plus
Je suis frappée par l’oubli
Plongée dans l’inconnu
Où je détruirai ma vie

Publié dans : Non classé | le 12 juin, 2009 |3 Commentaires »

 doc Ceux qui gagnent

Publié dans : Non classé | le 24 avril, 2009 |Pas de Commentaires »

C’est un extrait…qui me plait :

C’est l’histoire de quatre individus: Chacun, Quelqu’un, Quiconque et Personne.  Un travail important devait être fait, et on avait demandé à Chacun de s’en occuper.  Chacun était assuré que Quelqu’un allait le faire.  Quiconque aurait pu s’en occuper, mais Personne ne l’a fait.  Quelqu’un s’est emporté parce qu’il considérait que ce travail était la responsabilité de ChacunChacun croyait que Quiconque pouvait le faire, mais Personne ne s’était rendu compte que Chacun ne le ferait pas.  À la fin, Chacun blâmait Quelqu’un du fait que Personne n’avait fait ce que Quiconque aurait dû faire…

(Lamartine)

Publié dans : Non classé | le 15 mars, 2009 |1 Commentaire »

Les sentiments:

 

Il était une fois, une île où tous les différents sentiments vivaient: le Bonheur, la Tristesse, le Savoir, ainsi que tous les autres, l’Amour y compris.  Un jour on annonça aux sentiments que l’île allait couler.  Ils préparèrent donc tous leurs bateaux et partirent.  Seul l’Amour resta.  L’Amour voulait rester jusqu’au dernier moment.  Quand l’île fut sur le point de sombrer, l’Amour décida d’appeler à l’aide.  La Richesse passait à côté de l’Amour dans un luxueux bateau.  L’Amour lui dit: « Richesse, peux-tu m’emmener? » « Non car il y a beaucoup d’argent et d’or sur mon bateau.  Je n’ai pas de place pour toi. »  L’Amour décida alors de demander à l’Orgueil, qui passait aussi dans un magnifique vaisseau: « Orgueil, aide moi je t’en prie! » « Je ne puis t’aider, Amour. Tu es tout mouillé et tu pourrais endommager mon bateau. »   La Tristesse étant à côté, l’Amour lui demanda: « Tristesse, laisse moi venir avec toi. » « Ooh… Amour, je suis tellement triste que j’ai besoin d’être seule ! »  Le Bonheur passa aussi à côté de l’Amour, mais il était si heureux qu’il n’entendit même pas l’Amour l’appeler!  Soudain, une voix dit: « Viens Amour, je te prends avec moi. »  C’était un vieillard qui avait parlé.   L’Amour se sentit si reconnaissant et plein de joie qu’il en oublia de demander son nom au vieillard.  Lorsqu’ils arrivèrent sur la terre ferme, le vieillard s’en alla.   L’Amour réalisa combien il lui devait et demanda au Savoir: « Qui m’a aidé? »  « C’était le Temps » répondit le Savoir.  « Le Temps? » s’interrogea l’Amour.  « Mais pourquoi le Temps m’a-t-il aidé? »  Le Savoir sourit plein de sagesse et répondit: « C’est parce que seul le Temps est capable de comprendre combien l’Amour est important dans la Vie.

Publié dans : Non classé | le 13 mars, 2009 |3 Commentaires »
12345...22

Nouvelles de Xuan VINCENT |
ecritstoulouse |
Deviens qui tu es |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Carnet de confidences
| La plume en poche
| castelnaulatourpointdevue ...